Parution de La maladie du temps

Parution, aux éditions PUF, de l'ouvrage du philosophe Fabrice Gzil sur la maladie d'Alzheimer

Publié le : 21 Mars 2014

PUF, Paris, 2014, 6 euros

Un ouvrage vif et stimulant autour de la maladie d'Alzheimer et de ses représentations, sociales comme philosophiques.
Son auteur, le philosophe Fabrice Gzil, collabore avec l'Espace éthique Alzheimer depuis sa création. Plusieurs de ses interventions sont visibles à cette adresse.
 

Présentation de l'ouvrage

Le point de départ de cet ouvrage est une réflexion philosophique sur ce handicap évolutif qu'on appelait autrefois démence sénile et qu'on appelle aujourd'hui maladie d'Alzheimer. Sa thèse est que l'Alzheimer n'est pas seulement une maladie de la mémoire, mais une maladie du temps, peut-être même la maladie du temps par excellence : parce qu'elle est devenue, après le cancer et le sida, la maladie mythique de notre époque ; parce que la temporalité souvent déroutante de son évolution déjoue les modèles traditionnels du soin ; et parce qu'elle induit, chez les personnes malades et leur entourage, des modifications profondes du rapport au temps vécu.
Envisager l'Alzheimer comme une maladie du temps permet de mieux comprendre le vécu de la maladie et les difficultés qu'elle soulève. Cela permet aussi de concevoir de nouvelles réponses individuelles et collectives aux considérables défis qu'elle occasionne. Cela permet, enfin, de reconnaître que toutes les maladies ont partie liée au temps : en tant qu'elle est la maladie du temps par excellence, la maladie d'Alzheimer montre le rapport nécessaire du soin au temps et nous invite à replacer le temps au coeur de la pensée du soin.